fbpx

La Chandeleur en cinq questions

chandeleur 5 questions

La Chandeleur en cinq questions

En ce 2 février, les gourmands dégustent des crêpes, tout en se rappelant peut-être qu’à la Chandeleur, on célèbre la présentation de Jésus au temple, quarante jours après Noël. Voici tout ce qu’il faut savoir sur cette fête !

1 . Quelle est l’origine du mot « chandeleur » ?

C’est dans la langue latine que se niche l’étymologie du terme « chandeleur », et plus précisément dans l’expression « festa caldelarum », autrement dit « la fête des chandelles ». C’était en effet, à l’origine, une célébration païenne qui rendait gloire au retour progressif de la lumière et des moissons.

2 . Que fête-t-on à la Chandeleur ?

Dans le monde chrétien, la Chandeleur est une fête religieuse, celle de la commémoration de la présentation de Jésus au temple le 2 février, soit quarante jours après sa venue au monde, le 25 décembre. Le nom officiel de la Chandeleur est d’ailleurs la Présentation du Christ au temple.

Ce n’est qu’à partir du Ve siècle que cette célébration fut associée à celle des chandelles, quand le pape Gélase Ier organisa le 2 février 472 une procession aux flambeaux. Ce rite païen fut ainsi absorbé par l’Église, qui le reprit à son compte. Comme le souverain pontife faisait distribuer des galettes aux pèlerins qui venaient à Rome, ce mets s’associa bientôt à la Présentation du Christ au temple.

3 . Pourquoi mange-t-on des crêpes ?

Au commencement, le jour de la fête des chandelles, la population préparait puis mangeait des galettes, dont la forme ronde et la couleur dorée rendaient hommage au soleil. Pour les confectionner, on utilisait la farine en trop issue des récoltes de l’année précédente : cela symbolisait la richesse et l’abondance de la nouvelle année. Pour certains, les crêpes apportaient aussi une protection : celle du foyer et celle des récoltes contre les moisissures.

4 . Pourquoi fait-on sauter les crêpes ?

Faire sauter les crêpes à la Chandeleur n’est pas qu’une façon d’épater sa famille et ses amis ou de s’amuser ! Cela s’explique d’abord pour des raisons symboliques, toujours liées à l’espoir d’abondance et de prospérité. Ainsi, la tradition veut que pendant que l’on fait sauter une galette dans une poêle tenue de la main droite, on serre bien fort un louis d’or dans la main gauche. Bien entendu, n’importe quelle pièce d’argent peut faire l’affaire !

Selon d’autres rites tout aussi superstitieux, faire sauter une galette jusqu’en haut d’une armoire assurerait la richesse et la protection de sa maison pendant un an. D’aucuns estiment qu’il suffirait de déposer la première crêpe sur ce même meuble pour éviter la pauvreté. L’histoire ne dit cependant pas si cette tradition est vraiment hygiénique…

5 . Comment se fête la Chandeleur à l’étranger ?

Le 2 février, au Luxembourg, on fête le Liichtmëssdag, qui rend hommage aux enfants et à la lumière. Dès l’après-midi ou le soir, de petits groupes de bambins défilent dans les rues, avec un lampion ou une baguette allumée. Devant chaque maison, ils s’arrêtent pour entonner une chanson et recevoir un cadeau (menue monnaie, sucreries, etc.).

Au Mexique, on célèbre la Présentation du Christ au temple. Pour cela, la personne qui a trouvé la fève le jour de l’Épiphanie récupère le petit Jésus dans la crèche pour le vêtir richement et le présenter à l’église pour une bénédiction.

Enfin aux États-Unis et au Canada, la célébration de la Chandeleur reste une réalité dans certaines régions de tradition française (Louisiane, Acadie, Québec, Maine ou encore la vallée du Mississippi). Cependant, elle a été supplantée par le jour de la marmotte !

Quand la chandeleur rencontre la marmotte

jour de la marmotte

Certains l’auront peut-être découvert dans le film américain « Un jour sans fin », en Amérique du Nord, le jour de la Chandeleur, on observe avec grande attention l’attitude d’une… marmotte ! Pourquoi ? Pour connaître la date de la fin de l’hiver.

Ainsi, si le rongeur aux vertus divinatoires émerge de son terrier et ne voit pas son ombre en raison d’un temps nuageux, c’est que bientôt, l’hiver sera de l’histoire ancienne. Mais si au contraire, il fait beau et que la marmotte aperçoit son ombre, cette vision lui fera si peur qu’elle se réfugiera de nouveau dans son terrier, signifiant que la saison hivernale se poursuivra encore six longues semaines !

Cette tradition américaine vient en réalité d’Europe et est liée au réveil des animaux qui hibernent. Dans beaucoup de pays, c’est l’ours qui sort de sa grotte pour prendre la température et décider de sortir pour de bon ou se terrer quarante jours de plus. En Lorraine, on notera qu’il s’agit de la loutre !

Nos dernières actualités

Web radio : ça scintille à La Providence !

Web radio : ça scintille à La Providence !

Web radio : ça scintille à La Providence ! À Thionville, l’équipe de Radio et toile, la Web radio de Notre Dame de la Providence, propose régulièrement une nouvelle émission à ses auditeurs internautes. Une aventure humaine et presque familiale qui fait évoluer tous...

Un concours d’éloquence à La Malgrange

Un concours d’éloquence à La Malgrange

Un concours d’éloquence à La Malgrange Les élèves de première et de terminale de La Malgrange, près de Nancy, ayant opté pour l’enseignement de spécialité HLP (histoire, littérature, philosophie), devraient passer au printemps un concours d’éloquence. Zoom sur une...