fbpx

Pâques en cinq questions

pâque cinq questions

Pâques en cinq questions

Pâques, la fête la plus importante du monde chrétien, commémore la résurrection de Jésus. Vous pensiez tout savoir à son propos ? Voici nos réponses à cinq questions, pour certaines insolites.

1. Pourquoi met-on un « s » au mot « Pâques » ?

Vous avez sûrement entendu parler de Pessa’h, autrement dit la Pâque juive, qui célèbre le départ d’Égypte du peuple hébreu, traversant la Mer Rouge à pied. Les chrétiens, eux, commémorent le retour à la vie du Christ, avec les célébrations de Pâques.

D’où vient ce mot ? Au départ, l’hébreu biblique parlait de « pesah » (« Pâque »), en référence au verbe « pesah », qui signifie « passer devant, épargner ». Ce terme s’est ensuite mêlé au grec, donnant « paska », avant d’arriver dans le latin biblique sous la forme de « pascha », autrement dit « la Pâque juive ».

À l’origine, Pâques s’écrivait donc sans « s ». Au fil des siècles, la graphie s’est enrichie ou délestée de cette lettre, comme le montre le site du CNRTL (Centre national de ressources textuelles et lexicales). Il faut attendre le XVe siècle pour que la sémantique fasse bien la différence entre la Pâque juive et la Pâques chrétienne.

2. Pourquoi la date de Pâques change-t-elle d’une année sur l’autre ?

Derrière ce choix se cache… la pleine lune ! La première qui suit l’équinoxe de printemps, autrement dit le 21 mars. Par conséquent, les fêtes de Pâques peuvent avoir lieu entre le 22 mars et le 25 avril. Elles célèbrent ainsi le renouveau de la vie, symbole essentiel de la saison printanière.

À l’origine de ce choix de calcul, le Concile de Nicée (aujourd’hui Iznik, en Turquie), en 325 après J.C. Cette assemblée des évêques de l’Empire romain souhaitait que la célébration de la résurrection de Jésus respecte la tradition juive en coïncidant avec la date de la Pâque israélite.

C’est en fonction de la date de Pâques que celles de l’Ascension et de la Pentecôte sont déterminées.

3. D’où viennent les traditions de Pâques ?

En France, pendant les fêtes de Pâques, il est traditionnel de déguster un repas composé d’un agneau, puis de se régaler de chocolat, sous la forme d’œufs, de poules, de cloches, de poissons, etc. Pour les chrétiens, l’œuf de Pâques représente le renouveau après la résurrection. Comme il était interdit d’en consommer pendant les 40 jours de carême, dès le Moyen Âge, les gens prirent l’habitude de s’offrir des œufs décorés, conservés pendant la période de jeûne.

Le dimanche de Pâques, les enfants font la chasse aux œufs, cachés idéalement dans le jardin, les parcs, ou, à défaut, dans le logement. Mais qui les y déposent ? Eh bien dans les pays catholiques, ce sont les cloches de Pâques, et ces œufs proviennent de Rome. Alors que dans certaines contrées anglo-saxonnes, c’est le lièvre ou le lapin qui s’en charge.

Quant à l’agneau, qui agrémente le menu du dimanche de Pâques, il rappelle son congénère divin, qui fit cadeau de sa vie pour assurer le salut du monde. Autrement dit, il personnifie le sacrifice du Christ et sa résurrection.

4. Quelle quantité de chocolat mange-t-on à Pâques ?

Réponse : très grande. Tenez-vous bien ! Pendant les trois jours du week-end de Pâques, 57 kg de chocolat sont engloutis chaque seconde dans l’Hexagone… Soit entre 13 000 et 15 000 tonnes en tout ! Avec 20 % de la consommation annuelle, c’est bien pendant la période pascale que l’on consomme le plus cette douceur, juste après Noël.

C’est à partir du XVIIIe siècle qu’on a commencé à remplir les œufs frais de chocolat. Avant de commencer à en fabriquer avec de la pâte de cacao, d’abord sous forme ovoïde, puis avec des moules variés, notamment de cloche, poule et autre petit poisson — la fameuse friture.

5. Quels sont les « héritiers » de Pâques ?

La grande fête chrétienne a fait naître un prénom et baptisé un lieu ainsi qu’un végétal :

– Le prénom Pascal signifie « celui qui est né à Pâques ».

– L’île de Pâques, qui se situe en plein océan Pacifique sud et appartient au Chili, doit son nom au jour de sa découverte par un Européen. Le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen y mit le pied le 6 avril 1722, jour de Pâques.

Enfin la pâquerette (ou bellis perennis en latin) aurait été nommée ainsi car elle fleurit majoritairement pendant la période pascale.

pâque cinq questions

Pâques en cinq questions

Pâques, la fête la plus importante du monde chrétien, commémore la résurrection de Jésus. Vous pensiez tout savoir à son propos ? Voici nos réponses à cinq questions, pour certaines insolites.

1. Pourquoi met-on un « s » au mot « Pâques » ?

Vous avez sûrement entendu parler de Pessa’h, autrement dit la Pâque juive, qui célèbre le départ d’Égypte du peuple hébreu, traversant la Mer Rouge à pied. Les chrétiens, eux, commémorent le retour à la vie du Christ, avec les célébrations de Pâques.

D’où vient ce mot ? Au départ, l’hébreu biblique parlait de « pesah » (« Pâque »), en référence au verbe « pesah », qui signifie « passer devant, épargner ». Ce terme s’est ensuite mêlé au grec, donnant « paska », avant d’arriver dans le latin biblique sous la forme de « pascha », autrement dit « la Pâque juive ».

À l’origine, Pâques s’écrivait donc sans « s ». Au fil des siècles, la graphie s’est enrichie ou délestée de cette lettre, comme le montre le site du CNRTL (Centre national de ressources textuelles et lexicales). Il faut attendre le XVe siècle pour que la sémantique fasse bien la différence entre la Pâque juive et la Pâques chrétienne.

2. Pourquoi la date de Pâques change-t-elle d’une année sur l’autre ?

Derrière ce choix se cache… la pleine lune ! La première qui suit l’équinoxe de printemps, autrement dit le 21 mars. Par conséquent, les fêtes de Pâques peuvent avoir lieu entre le 22 mars et le 25 avril. Elles célèbrent ainsi le renouveau de la vie, symbole essentiel de la saison printanière.

À l’origine de ce choix de calcul, le Concile de Nicée (aujourd’hui Iznik, en Turquie), en 325 après J.C. Cette assemblée des évêques de l’Empire romain souhaitait que la célébration de la résurrection de Jésus respecte la tradition juive en coïncidant avec la date de la Pâque israélite.

C’est en fonction de la date de Pâques que celles de l’Ascension et de la Pentecôte sont déterminées.

3. D’où viennent les traditions de Pâques ?

En France, pendant les fêtes de Pâques, il est traditionnel de déguster un repas composé d’un agneau, puis de se régaler de chocolat, sous la forme d’œufs, de poules, de cloches, de poissons, etc. Pour les chrétiens, l’œuf de Pâques représente le renouveau après la résurrection. Comme il était interdit d’en consommer pendant les 40 jours de carême, dès le Moyen Âge, les gens prirent l’habitude de s’offrir des œufs décorés, conservés pendant la période de jeûne.

Le dimanche de Pâques, les enfants font la chasse aux œufs, cachés idéalement dans le jardin, les parcs, ou, à défaut, dans le logement. Mais qui les y déposent ? Eh bien dans les pays catholiques, ce sont les cloches de Pâques, et ces œufs proviennent de Rome. Alors que dans certaines contrées anglo-saxonnes, c’est le lièvre ou le lapin qui s’en charge.

Quant à l’agneau, qui agrémente le menu du dimanche de Pâques, il rappelle son congénère divin, qui fit cadeau de sa vie pour assurer le salut du monde. Autrement dit, il personnifie le sacrifice du Christ et sa résurrection.

4. Quelle quantité de chocolat mange-t-on à Pâques ?

Réponse : très grande. Tenez-vous bien ! Pendant les trois jours du week-end de Pâques, 57 kg de chocolat sont engloutis chaque seconde dans l’Hexagone… Soit entre 13 000 et 15 000 tonnes en tout ! Avec 20 % de la consommation annuelle, c’est bien pendant la période pascale que l’on consomme le plus cette douceur, juste après Noël.

C’est à partir du XVIIIe siècle qu’on a commencé à remplir les œufs frais de chocolat. Avant de commencer à en fabriquer avec de la pâte de cacao, d’abord sous forme ovoïde, puis avec des moules variés, notamment de cloche, poule et autre petit poisson — la fameuse friture.

5. Quels sont les « héritiers » de Pâques ?

La grande fête chrétienne a fait naître un prénom et baptisé un lieu ainsi qu’un végétal :

– Le prénom Pascal signifie « celui qui est né à Pâques ».

– L’île de Pâques, qui se situe en plein océan Pacifique sud et appartient au Chili, doit son nom au jour de sa découverte par un Européen. Le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen y mit le pied le 6 avril 1722, jour de Pâques.

Enfin la pâquerette (ou bellis perennis en latin) aurait été nommée ainsi car elle fleurit majoritairement pendant la période pascale.

Nos dernières actualités

Orientation post-bac : en route vers le succès à La Malgrange !

Orientation post-bac : en route vers le succès à La Malgrange !

Orientation post-bac : en route vers le succès à La Malgrange ! L’orientation post-bac, ça se prépare ! Comment choisir au mieux ses vœux et optimiser ses chances de réussite sur Parcoursup ? À La Malgrange, près de Nancy, on a tout prévu… Tour d’horizon d’un...