fbpx

Pédagogie ludique : Tournoi des gladiateurs : du CM1 à la 5e, tous en lice à Charles-de-Foucauld !

pédagogie novatrice tournoi gladiateur

Tournoi des gladiateurs : du CM1 à la 5eme, tous en lice à Charles-de-Foucauld !

Pendant toute l’année scolaire, cinq équipes de l’ensemble scolaire nancéien vont cumuler des points et tenter de remporter l’épreuve. Zoom sur une initiative de pédagogie ludique, qui fait rimer curiosité avec interdisciplinarité.

pédagogie novatrice tournoi gladiateur

Tournoi des gladiateurs : du CM1 à la 5eme, tous en lice à Charles-de-Foucauld !

Pendant toute l’année scolaire, cinq équipes de l’ensemble scolaire nancéien vont cumuler des points et tenter de remporter l’épreuve. Zoom sur une initiative de pédagogie ludique, qui fait rimer curiosité avec interdisciplinarité.

 

Surprise ! Le 18 septembre dernier, l’empereur romain Brutus Crassus Horribilis a appris aux élèves des classes de CM1 à la 5e de l’ensemble scolaire Charles-de-Foucauld, à Nancy, qu’ils avaient été vendus comme esclaves… Après moult négociations entre le souverain et les professeurs, puis des épreuves remportées par les enfants, ces derniers ont réussi à s’affranchir pour devenir gladiateurs. Rassurez-vous, ce n’est pas de la science-fiction, mais le lancement réussi, sous forme d’escape game, du Tournoi des gladiateurs !

« C’est la troisième édition, après le Tournoi des donjons, puis celui des pyramides, explique le professeur de français Esther Thouvenin, à l’origine du projet avec Marc Perbal, lui aussi enseignant de la même matière. Le 16 octobre, l’empereur est revenu pour répartir les élèves des classes de CM1 à la 5e, soit 120 enfants, en cinq équipes mixtes comprenant chacune 20 % de chaque niveau. » Quatre enseignants et une surveillante chapeautent ces équipes, qui s’affrontent tout au long de l’année pour remporter le tournoi.

pedagogie différente

Redonner le goût de l’apprentissage

Pourquoi organiser cet événement ? « À l’origine du projet, Marc Perbal et moi cherchions à redonner aux élèves le goût de la lecture et des apprentissages, à développer leur curiosité, explique Esther Thouvenin. Nous étions partis d’une œuvre littéraire étudiée en 6e et en 5e, en lien avec un thème qui soit au programme. Cette année, c’est la Rome antique, et l’ouvrage proposé, le tome 1 de “L’école des gladiateurs”, “Le serment de sang”, de Dan Scott, plaît déjà beaucoup aux élèves. » Dans les classes de CM1 et CM2, seuls des chapitres de cet ouvrage sont étudiés.

Le Tournoi des gladiateurs, c’est aussi pour les professeurs une manière originale de travailler, qui stimule l’interdisciplinarité. Ainsi, au lieu d’exercices de calcul avec des pommes en cours de maths, on va compter les épées, ou fabriquer des armes de gladiateurs au lieu d’un objet quelconque en cours de technologie. Tous les enseignants concernés jouent le jeu et déterminent quand ils accordent un point à une équipe. Chacune d’elles dispose d’un tableau de points qui est rempli tout au long de l’année.

 

Tournoi gladiateur pedagogie

Ré-enchanter l’école

Cette initiative de pédagogie ludique stimule chez les enfants le plaisir de travailler ensemble, la fierté d’appartenance à une équipe et la solidarité. Les occasions d’œuvrer pour les siens ne manquent pas : « Ainsi, chaque “réponse exceptionnelle” ou “acte de bravoure” apporte un point de plus. Un 20/20 rapporte aussi des points supplémentaires à l’équipe de l’élève concerné, tout comme les prouesses sportives hors de l’établissement. Sans oublier les joutes réunissant les 6e et les 5e, c’est-à-dire des défis pédagogiques, valant cent points », précise Esther Thouvenin, qui souligne le côté magique et de ré-enchantement de l’école de ce projet.

Pour clore ce Tournoi, l’atelier théâtre de Charles-de-Foucauld proposera en fin d’année deux pièces de théâtre, l’une classique et l’autre en rapport avec le thème de la Rome antique. Surtout, tous les élèves participeront à une sortie pédagogique, financée par des subventions. « Pour la première édition, nous avions visité le château de Guédelon, et l’équipe gagnante, révélée dans le bus, a eu droit à un bonus : un atelier de taille de pierre. Bien sûr, en 2020, la crise sanitaire a tout chamboulé », rappelle Esther Thouvenin. Quel sera le lieu choisi cette année ? Rendez-vous dans quelques mois !

Nos dernières actualités