fbpx

Saint Nicolas : Cinq choses que vous ne savez (peut-être) pas.

Saint Nicolas Enseignement Catholique

Saint-Nicolas : Cinq choses que vous ne savez (peut-être) pas.

Cette année, Covid-19 oblige, les festivités de la Saint Nicolas se font beaucoup plus discrètes. L’occasion de rappeler qui était ce saint homme et les traditions que sa célébration occasionne.

1. Qui est Saint Nicolas ?

C’est l’un des saints les plus populaires du monde chrétien et orthodoxe ! Saint Nicolas de Myre vit le jour vers l’an 270 à Patare, en Lycie (actuelle Turquie). Si on le représente coiffé d’une mitre et tenant une crosse, c’est qu’il fut évêque de Myre. Ses fidèles, voyant qu’il ne s’alimentait qu’une fois par jour et consacrait de longues heures quotidiennes à la prière et au travail, l’érigèrent en modèle.

Saint Nicolas rendit son dernier souffle probablement en 343 à Myre, devenu depuis lors une destination pour les pèlerins. Des marchands de Bari, dans les Pouilles (Italie), s’emparèrent de ses reliques en 1087, afin de les protéger des musulmans, qui occupaient les lieux. On dit qu’une huile miraculeuse s’écoula alors de sa sépulture.

Personnage légendaire, Saint Nicolas rendit fertile l’imagination de nombreux conteurs. On raconte ainsi qu’il permit la résurrection de trois enfants, qu’un boucher avait démembrés, avant de les poser dans un saloir. C’est ce miracle qui fit de l’évêque de Myre le saint patron des enfants ! Les reliques et le tombeau du saint homme reposent toujours à Bari.

2. De qui Saint Nicolas est-il le protecteur ?

Pour le monde occidental, Saint Nicolas est, du fait de ses années studieuses, le protecteur des écoliers, et par extension des enfants. Cependant pour les Lorrains, il est en premier lieu leur saint patron. Et cela remonte à la bataille de Nancy, au XVe siècle, quand René II, duc de Lorraine, terrassa les troupes de Charles le Téméraire, plaçant ses hommes sous la protection de l’évêque de Myre.

La Saint Nicolas, c’est aussi l’occasion de fêter les petits garçons en Belgique et dans le nord de la France. Sans oublier les hommes non mariés à 30 ans (à l’instar de la Sainte Catherine pour les femmes, le 25 novembre), qui reçoivent en guise de réconfort un… bonnet ! Protecteur du peuple russe, Saint Nicolas vient aussi en aide aux marins et aux prostituées.

3. Où fête-t-on Saint Nicolas dans le monde ?

Le culte de Saint Nicolas par des moines orientaux démarra dès le VIIe siècle à Rome, avant de se développer dans tout l’Occident, quand ses reliques furent amenées à Bari, le 9 mai 1087. L’occasion de fêter chaque année cette date fondatrice avec une magnifique célébration nautique !

Dans le reste du monde, le protecteur des enfants est mis à l’honneur le 6 décembre, avec de magnifiques défilés. Il en va ainsi en Lorraine bien sûr, en Allemagne, en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Suisse, en Autriche, en Hongrie et en Pologne.

4. Quelles différentes traditions sont liées à la célébration de la Saint Nicolas ?

Le 5 décembre au soir, dans l’attente d’un cadeau, les enfants lorrains déposent un verre d’eau pour que Saint Nicolas puisse étancher sa soif, et une carotte pour nourrir son âne.

Nikolaus est fêté en Allemagne depuis le Xe siècle. La veille du 6 décembre, les enfants placent dans un endroit spécifique leurs chaussures bien propres, sur lesquelles celui qui est aussi populaire que le Père Noël leur dépose des présents et des gourmandises.

En Autriche, Saint Nicolas parade dans les rues le 5 décembre, les Krampus (des personnages démoniaques) à ses côtés. Si les enfants connaissent bien leurs prières et le catéchisme, ils reçoivent des cadeaux, des oranges, des noix et des pommes.

En Belgique, la tradition varie selon que l’on se trouve du côté wallon ou flamand. Cependant les enfants reçoivent tous des friandises et des présents, déposés dans leurs souliers.

En Hongrie aussi, Mikulás offre aux enfants sages des cadeaux et des bonbons, mais un bâton attend ceux qui ont été méchants.

Zinnikleeschen arrive en général deux semaines avant le 6 décembre au Luxembourg. Idem pour Sinterklaas, aux Pays-Bas. Dans l’attente d’une offrande, les enfants placent leurs pantoufles devant la porte de leur chambre chaque soir.

5. Qui est le célèbre « cousin » de Saint Nicolas ?

En créant la Nouvelle Amsterdam (la future New York) au XVIIe siècle, les Néerlandais apportèrent leur Sinterklaas en Amérique. Petit à petit, l’anglicisation, la proximité calendaire du 25 décembre et la laïcisation firent le reste : on parla bientôt de « Santa Claus », autrement dit le Père Noël. Ce dernier doit son allure et ses couleurs à une célèbre marque de boisson gazeuse américaine depuis les années 1930. Puis les GI’s débarqués en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale exportèrent cette figure devenue depuis légendaire.

Quid du Père Fouettard ?

pere fouettard enseignement catholique de lorraine

Qui dit Saint Nicolas dit forcément Père Fouettard ! Pourtant, nulle trace dans la vie de l’évêque de Myre d’un comparse aux desseins troubles et effrayants… Alors, d’où vient-il ? Son origine varie selon les versions. Pour certains, le seigneur saxon Hans von Trotha, un gaillard de deux mètres ressemblant à un croquemitaine qui vécut au XVIe siècle, serait le véritable Père Fouettard.

À la même époque, quand les troupes de Charles Quint assiégèrent Metz, des habitants brûlèrent un épouvantail à son effigie, surnommé « Père Fouettard ». Pour d’autres encore, des précepteurs lui auraient donné vie au XVIIIe siècle afin que les enfants ne fassent pas de bêtises. Enfin au Luxembourg, ce sont de petites baguettes de bois, destinées à fesser les enfants, qui auraient donné naissance au fameux ogre…

Nos dernières actualités

Orientation post-bac : en route vers le succès à La Malgrange !

Orientation post-bac : en route vers le succès à La Malgrange !

Orientation post-bac : en route vers le succès à La Malgrange ! L’orientation post-bac, ça se prépare ! Comment choisir au mieux ses vœux et optimiser ses chances de réussite sur Parcoursup ? À La Malgrange, près de Nancy, on a tout prévu… Tour d’horizon d’un...