fbpx

Métiers du sport : à Claude Daunot, une licence professionnelle aux débouchés porteurs

licence pro cpss

Métiers du sport : à Claude Daunot, une licence professionnelle aux débouchés porteurs

Le Centre de formation de Claude Daunot, à Nancy, accueille depuis la rentrée de septembre 2020 la toute première promotion du cursus de licence pro CPSS (Commercialisation des Produits et Services Sportifs). Présentation et témoignages.

licence pro cpss

Métiers du sport : à Claude Daunot, une licence professionnelle aux débouchés porteurs

Le Centre de formation de Claude Daunot, à Nancy, accueille depuis la rentrée de septembre 2020 la toute première promotion du cursus de licence pro CPSS (Commercialisation des Produits et Services Sportifs). Présentation et témoignages.

 

Ils sont treize et forment la première promotion dans le Grand Est de la licence professionnelle CPSS (Commercialisation des Produits et Services Sportifs), ouverte par l’Ileps au sein du Centre de formation Claude Daunot, à Nancy. Comme l’explique son responsable, Christophe Iung, « c’est un cursus en alternance qui propose des cours alliant des matières fondamentales (anatomie, physiologie, etc., comme en licence Staps), professionnalisantes (animation commerciale, marketing, etc.) et du sport, à raison de six heures par semaine. »

Sans oublier deux fois huit semaines de stage en première année, puis de l’alternance dès la deuxième année, ainsi que la suivante. Les élèves touchent alors 50 à 60 % du Smic, selon leur âge. « En ce moment, en raison des difficultés économiques dues à la crise sanitaire, l’État verse des primes aux entreprises pour qu’elles prennent des jeunes en stage. Cela ne leur coûte donc rien ! », précise Christophe Iung.

Une promotion à taille humaine

La licence professionnelle CPSS accueille des bacheliers, qui représentent 60 % des élèves cette année, en général détenteurs d’un bac général, pro Métiers du commerce et de la vente, ou technologique. « Les autres sont en réorientation, souvent après avoir tenté Staps, ajoute Christophe Iung. Pour être admis, il faut courir un 1 000 mètres et répondre à des QCM de français, d’anglais et de culture générale. Autres prérequis : aimer le sport et en faire, et être attiré par des métiers comportant une forte part de relationnel, de contact client. »

Contrairement à Staps, où les promotions comptent plusieurs centaines d’étudiants, l’effectif de la licence professionnelle CPSS reste à taille humaine, soit idéalement vingt élèves. « L’équipe enseignante est motivée, soudée. Nos installations tiennent la route et nous avons signé des partenariats avec des gérants de salle, par exemple pour le futsal et l’escalade, se réjouit Christophe Iung. Cela permet aux jeunes de découvrir aussi tout l’aspect commercial et événementiel du sport. »

Des diplômés opérationnels

Très dynamiques et motivés, tous les étudiants ont trouvé des stages pour cette première année. Ils ciblent principalement les entreprises et entités évoluant dans le domaine du sport : grande distribution, grandes marques, bases nautiques, salles de fitness, golfs, événementiel sportif, clubs semi-pros ou pros et ligues de sport (football, aviron, basket, etc.). Dans ce secteur majeur de l’économie française, la plupart des étudiants trouveront à terme leur futur emploi.

« Les licences professionnelles sont assez nouvelles, souligne Christophe Iung. Ce sont des formations vraiment concrètes, qui permettent d’allier diplôme universitaire et connaissances pratiques. Celles-ci compensent parfois en termes de notes les matières scientifiques, puisque les stages sont notés. Le “plus” de ce cursus ? Quand on décroche une licence en Staps, on n’est pas apte à travailler, on doit poursuivre en master. Alors que là, les diplômés sont opérationnels dès la sortie ! »

TEMOIGNAGES ÉLÈVES CPSS

« J’ai préféré la licence pro CPSS à Staps, car je ne veux pas faire de longues études. Cette formation courte, que j’ai découverte au salon Oriaction à Metz, allie théorie et pratique, offre des débouchés à la sortie, et permet d’être opérationnel immédiatement. En plus, grâce aux stages, on a une vision concrète de l’entreprise, ce qui aide aussi à faire un choix une fois diplômé. Nous faisons beaucoup de sport, ce qui me convient vraiment, moi qui pratique le tennis depuis l’âge de 4 ans et entraîne aussi.

Tous les cours sont en lien avec le sport et me semblent concrets. Ainsi, pour les matières commerciales, comme merchandising, techniques de vente et négociation, on met en pratique les enseignements entre nous, avec des jeux de rôles. On est très bien encadrés par les profs et on a pu suivre tous les cours sur place ! Après un premier stage à la ligue de tennis, près de Nancy, j’effectue actuellement mon second stage. C’est dans une salle de sport récemment ouverte où je m’occupe de la communication. Je prépare des affiches pour les réseaux sociaux, gère l’accueil, vends des abonnements. Il y a plein de choses à faire, avec la réouverture du 9 juin. Ça bouge, ça me plaît beaucoup ! »

Théo Champlon, étudiant de 1re année

« Après mon bac pro SPVL, j’ai fait une année de césure où j’ai travaillé six mois avant d’en passer cinq autres au Canada. J’ai choisi de faire une licence pro CPSS, car j’ai besoin d’être encadré et accompagné, ce que la fac ne peut pas m’apporter. Ici, on apprend beaucoup de choses concrètes, comme en anatomie et en physiologie, ce qui permet par exemple de mieux comprendre comment marchent les muscles, pourquoi on transpire, etc. On sait ainsi quel équipement de sport convient le mieux en fonction de chaque situation. Et une fois sur le terrain, on peut bien expliquer les choses aux clients !

Moi qui apprécie le contact humain, j’ai effectué mon premier stage fin 2020 dans un magasin de sport messin. J’y ai fait de la vente, de la mise en rayon et de la gestion des stocks. C’était concret et intéressant ! Depuis lors, nous avons appris en cours de négociation comment amener le client à indiquer ses besoins. Je vais pouvoir mettre cela en pratique lors de mon nouveau stage, qui a débuté mi-mai dans un autre magasin de sport, spécialisé dans les équipements de montagne. »

Benjamin Frisch, étudiant de 1re année

« J’ai découvert la toute nouvelle licence pro CPSS au salon Oriaction à Metz. J’apprécie que nous soyons une petite promotion, car tout le monde se connaît et l’intégration a été très rapide. Nous sommes bien suivis par les profs. C’est très convivial. Les matières sont très intéressantes, donc on a plus de facilités pour les apprendre et les suivre. Je trouve la négociation vraiment bien enseignée, on nous fait faire des jeux de rôles, des cas pratiques.

J’ai effectué mon premier stage à l’AS Ludres, un club de football, où j’ai géré les réseaux sociaux et administré un site Web, après l’avoir créé sur Wix. Une super expérience ! C’est là que j’ai eu l’idée de créer une association des élèves, de type BDE, pour notre licence, et de créer un logo. On s’est associé avec une entreprise de personnalisation d’articles de sport et aujourd’hui on a un sweat-shirt à nos couleurs ! L’an prochain, on aimerait organiser des soirées à thème, des sorties, etc. On a aussi prévu de lancer une ligne de vêtements, avec un logo à décliner pour chacune des formations de Claude Daunot et Saint-Léon IX. Et avec les bénéfices, on voudrait proposer un séjour au ski ! »

Émilien Bachelet, étudiant de 1re année

Nos dernières actualités

« Nous préparons nos élèves à la société de demain »

« Nous préparons nos élèves à la société de demain »

Nous préparons nos élèves à la société de demain RenaSup est un service national d’établissements de l’enseignement catholique décliné en régions, proposant des formations de qualité dans le supérieur. Son président pour la Lorraine, Olivier Ritz, œuvre au quotidien...